Carnet de voyage de Claudine

VOYAGE DE JANVIER 1993 - JEAN ET JOJO- SUIVIS DE CATHERINE ET CLAUDINE

 

Une enquête menée au pas de course

 

Janvier 1993- Jojo et Jean partent au Burkina. Nous les accompagnons (Catherine et moi, Claudine). Simplement pour la durée du vol…… Après nous irons où nous voudrons … En fait, nous ne les quitterons pas. Nous participerons à toutes leurs démarches, et nous nous imprégnerons  peu  à peu de ce qu’est un jumelage.

 

Le but de ce voyage :

Après une dizaine d’années d’interventions directes (construction d’écoles, de forages, dispensaire, etc.), Jean et Jojo partent faire une enquête qui pourrait déboucher sur l’entrée en action des «Volontaires du Progrès» dont le but serait de mobiliser les populations afin qu’elles puissent, en fin de compte, à partir d’un plan, se gérer elles-mêmes, faire leurs projets, les chiffrer et les mener à bien, grâce à des fonds qui leur seraient alloués.

 

16 janvier- Rencontre avec le CEDRES (Centre d’Etudes et De Recherches en Sciences Economiques et Sociales) .Le  responsable académique nous reçoit dans une salle de la FAC d’Economie. Accompagné  de Jérémie (ressortissant de Pama), de Bawa (futur chef de Pama) et de Jean, Jojo expose la nécessité d’organiser différemment l’aide apportée à Pama, d’envisager un plan… Le responsable suggère le schéma suivant :

       1- l’étude des besoins

     2- recherche des hommes disponibles, disposés à s’impliquer dans le développement économique et social de leur département. Ce sont eux qui détermineront les priorités.

Le soir, grande réunion de concertation chez le Procureur avec tous les ressortissants de Pama à Ouaga. Ce sont les membres de l’ARPO   (Association des Ressortissants de Pama à Ouaga).

 

17 janvier- Rencontre avec les techniciens du séchage (fruits et légumes), ils ont apporté du matériel.

 

18 janvier- Nouvelle rencontre avec le CEDRES. Sont présents : le Professeur Zerbo et l’étudiant de 3e année : Jules. On renouvelle les points de l’enquête et l’on suggère d’emmener le professeur et l’étudiant afin qu’ils puissent visionner les 35 villages et rencontrer les fonctionnaires qu’il faudra mobiliser. Le CEDRES prête un véhicule, un contrat entre la Clusaz et le CEDRES est établi qui sera relu le soir chez Bawa.

 

19 janvier- Arrivée du véhicule (une Patrol) avec chauffeur agréé, on s’y entasse, le chauffeur, le professeur, l’étudiant, Jean, Jojo et nous deux, plus les bagages et un séchoir de démonstration….. On était attendus chez Alain à Fada. On y arrive avec un énorme retard. Sympathique repas et en route pour Pama dans la nuit. Nous voici au campement d’Albert avec 10 heures de retard : portes closes. Arrivée d’Amadou qui tient absolument à ce qu’on mange quelques morceaux de koba. On dormira peu…

 

20 janvier- Tournée dans Pama. La pompe solaire est en panne. Il faudra la faire réparer (en dehors du plan).On passe à la   pépinière, à la maison de la femme, puis on arrive à la Préfecture. On nous attendait hier avec de grandes réjouissances…

 Nous saluons le Préfet et son secrétaire Talladia, Pascal est là aussi, il fait partie du jumelage... Jean et Jojo exposent leur projet de plan et présentent les enquêteurs..

Une grande réunion est prévue à 16h30…

            Effectivement, à l’heure dite, les gens du village sont là.  Il y aura beaucoup de discours entrecoupés de danses. Le Préfet recommandera aux populations  de réserver aux enquêteurs le meilleur accueil.

Jean remettra les cadeaux au Préfet en présence de tous : une machine à écrire pour Talladia, des fournitures scolaires, du matériel de sport et des médicaments.

.

21 janvier- Jojo pense qu’il faut contacter le plus de monde possible pour expliquer, expliquer.

     - le campement de chasse CODEBA (dont le directeur se préoccupe de l’environnement), le groupement des maraîchers (formés par l’INADES).

     - Intermède, promenade vers les gros rochers de Tagou (il n’y a pas encore de campement) et l’ancien campement allemand (charbon de bois).

     - le campement du buffle (top niveau), on rentre de nuit.

 

22 janvier- On remonte à Fada pour une longue journée de rencontres :

     - le Haut-Commissariat,

     - la Direction Générale du Plan,

     - la Direction des Téléphones,

     - la Direction de l’Agriculture, de l’Environnement, (il y a là une affiche qui dit

  i tiidi bu kpoa bu y aa taani o kpaolo boali. Traduction :

« L’agriculture est la joie du paysan »

     - la Direction des Travaux Publics, (problèmes de pistes)…

Partout, Alain nous accompagne ……. et on redescend vers Pama.

 

23 janvier- Lever à 4 h pour une visite de la réserve de l’Arly, puis arrêt à Madjoari (village qui a tissé des liens avec Dingy-Saint-Clair). Jojo explique, explique. Le chef dit : on a une école mais pas de maîtres.   Par contre, la banque de céréales fonctionne bien. On nous invite à partager un repas…très convivial... Arrêt à Tambarga. Le jeune maître nous accueille et nous montre son école délabrée avec tables et bancs en banco, (mais l’Etat est en train de construire une école à trois classes…) François, c’est le nom du maître,  ameute les populations et provoque une grosse réunion sous le manguier. Jojo explique encore et encore et un très bon repas  nous est encore servi, le deuxième de la matinée……Jojo reçoit des cadeaux,  dont une belle poule. Il est tard quand on rentre au campement.

 

24 janvier- Les visites vont se poursuivre pour toujours expliquer….

La communauté musulmane : la mosquée est trop petite

Le groupement des femmes : elles ont fait pousser coton et arachides.

On se dirige vers la Préfecture. Bruit d’hélicoptère, le Préfet reçoit René Monory, président du Sénat français dont la ville de Loudun est jumelée avec Ouaga. On assiste à la réception et le soir …. Autre réception au campement…. organisée par Jean et Jojo. Ils ont invité les gens importants du village.

 

25 janvier- Visite au service Santé. Il y a 14 places à l’hôpital  et une équipe de 4 vaccinateurs, c’est bien mais il y a trop  peu de matériel à la maternité. Visite à la mission, qui entretient un magnifique jardin, puis on reprend la voiture pour rendre visite aux pécheurs de Kompiembiga. Un gros camion avec de la glace attend…. Je ne sais pas si la glace tiendra le coup jusqu’à Ouaga.  On visite l’atelier de séchage et de fumage du poisson. Je préfère ce mode de conservation…  Enfin, on rend une visite, trop rapide,  aux écoles et au CEG ….Pour terminer la journée, on assiste à un match de foot : secteur1  contre   secteur2. Je ne sais plus qui a gagné.

 

26 janvier- Visite au village de Diabiga, ici c’est le fief de Juliette de St-Martin-Bellevue… Après une réunion où est abordé un problème à propos de la banque de céréales, Justin nous reçoit dans son école en dur, entourée d’un petit jardin, (rien à voir avec l’école de Tambarga).  Je craque devant la belle pile de cahiers dans leur protège jaune et je ne parle pas de la qualité de l’écriture des élèves  .On nous sert encore un délicieux repas à base de beignets de haricots… Pas le temps de s’arrêter au barrage et c’est le retour sur Ouaga. La voiture a des ratés…On doit chercher un hôtel à Koupéla et un garage pour réparer.

 

27 janvier- Demain Jean rentre en France. Il y aura encore une réunion avec l’ARPO. Une rencontre avec Sahel Energie pour la réparation de la pompe, une réunion avec Zerbo et Jules, les enquêteurs qui présenteront leurs réflexions. Un point final avec une entrevue à l’Ambassade.

Et je dis que Jean et Jojo il fallait les suivre, infatigables. !!!!!

Mais ils nous ont fait découvrir beaucoup de choses !

 

Claudine Jalle