Hommage à Claudine

 

Discours de notre président à la disparition de Claudine...

 

Claudine.

  

Tous, ici, connaisse ce petit bout de femme, frêle, d’une santé fragile, mais avec un cœur immense.

C’est en 1992 que tu  rencontres le Burkina-Faso, où tu accompagnes des membres du jumelage Kompienga Aravis. Depuis, tu ne cesses d’œuvrer pour les enfants de Tambarga, dans une petite école de brousse chère a ton cœur. En effet, depuis près de vingt ans, de nombreux enfants de ce village, éloigné de tout, ont accès à la scolarité, grâce a ton travail et à ta grande générosité.

Durant ces nombreuses années, tu soutiens les enfants de ce village oublié, pour leur permettre de vivre dignement dans leur pays d’origine.

D’une trentaine d’élèves lors de ton premier voyage, cette école en accueille aujourd’hui près de trois cent.

Que de chemins parcourus grâce à ta persévérance.

Quel étonnement, pour les personnes qui t’accompagnent dans tes voyages, de voir l’accueil qui t’est réservé lors de ton arrivée, par les petits écoliers et aussi les plus grands, qui grâce à toi, peuvent prendre la direction du collège puis du lycée.

Tous ces enfants, tu les connais par leur nom, tu connais le parcours scolaire de chacun.

On se demande toujours comment tu réussis une telle prouesse ?

Soit assurée que ton exemple va nous aider à continuer, mais les difficultés rencontrées vont nous paraître encore plus grandes sans toi. Tu as su entraîner Claude, dans ton coup de cœur pour cette région d’Afrique, et tous deux êtes devenus des piliers de notre échange avec la Kompienga.

Aujourd’hui, malgré la distance, tous tes nombreux enfants d’Afrique sont avec nous pour te dire Merci Claudine. Un grand merci également pour l’amitié que tu nous as donné sans modération.

Ce fut, pour nous, comme  pour beaucoup, un très grand bonheur d’avoir croisé ton chemin.

  

   

Parmi les nombreux messages reçus, voici celui de Jean Betemps, un des pionnier du jumelage Aravis-Kompienga :

La compagnie de Claudine apportait toujours un plus : Elle conjuguait, dans la discrétion, la gamme des qualités humaines."

 

   

 

 

...